• Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
  • Gala Forces-Avenir - niveau Universitaire
RECHERCHE

Catégories

 

Rechercher


ANNÉE



CATÉGORIE



INSTITUTION




lauréats et finalistes

LAURÉAT
Arts, lettres et culture


Des étudiants engagés à sortir des murs de l’université l’art et la recherche afin de stimuler les débats publics sur de nombreux sujets sociaux

Créer un carrefour entre l’art, la recherche et le public afin de sensibiliser, d’apprendre et de stimuler des débats publics sur des enjeux sociaux liés à la santé et au bien-être des individus. Voilà à quoi se sont dévoués six étudiants chercheurs en bioéthique et six autres en arts de l’Université de Montréal par la mise sur pied du projet Art+Bioéthique. Et c’est à travers une exposition artistique, la publication d’un numéro spécial dans une revue scientifique et une série d’activités de médiation culturelle et scientifique pour adultes et enfants, que les initiateurs du projet ont atteint leur objectif de décloisonner l’art et la recherche de son cadre académique. Plus d’un millier de personnes, issus de différents horizons, ont ainsi pu développer une réflexion éthique sur des sujets aussi diversifiés que l’inclusion sociale des personnes handicapées, la nanomédecine et le statut juridique des animaux.

 


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Personnalité 1er cycle


Une étudiante engagée à devenir un exemple de persévérance et une source de motivation pour les personnes éprouvées par la vie

Emmanuelle Poirier St-Georges n’avait que 15 ans lorsqu’elle a reçu un diagnostic d’ataxie de Friedreich, une maladie neuromusculaire dégénérative. Confinée à un fauteuil roulant deux ans après, elle s’est alors dit qu’elle se distinguerait intellectuellement si elle ne pouvait le faire physiquement. Forte d’un baccalauréat en biologie et d’une maîtrise en génétique, la femme de 32 ans est maintenant étudiante en littératures de langue française à l’Université de Montréal et affiche plus que jamais une attitude de battante. Conférencière auprès de jeunes du secondaire, elle a aussi réalisé l’ascension du Machu Picchu à l’été 2015 afin d’amasser des fonds pour Ataxie Canada, dont elle est l’une des porte-paroles. Il y a deux ans, Emmanuelle a publié son autobiographie intitulée Une histoire (de taxi) d’ataxie ou la dernière illusion qui, elle l’espère, servira de source d’inspiration pour de nombreuses personnes.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Personnalité 1er cycle


Une étudiante engagée à poursuivre des idéaux d’égalité, de solidarité et de partage dans tout ce qu’elle entreprend

Après son passage au collégial, période où elle a développé un profond intérêt pour la culture et l’engagement social, Pénélope Langlais-Oligny a choisi l’Université de Montréal pour y entreprendre une formation en littératures de langue française. Concrétisant ses idéaux d’égalité, de solidarité et de partage, elle en a profité pour animer des cercles de lecture, créer et offrir des ateliers de théâtre pour les enfants dans les bibliothèques de Côte-des-Neiges et de Parc-Extension, se joindre à Santropol, un organisme de sécurité alimentaire et d’agriculture urbaine, livrer des repas pour une popote roulante et cogérer un collectif de cueillette de fruits urbains. Tout cela, elle l’a réalisé en parallèle avec une session d’études en France et un été passé au Guatemala pour perfectionner son espagnol et mettre sur pied un projet d’alphabétisation et de théâtre social.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Personnalité 2e et 3e cycles


Un étudiant engagé à améliorer la diffusion de l’information dans les sciences psychosociales

Suisse d’origine, Marc-Olivier Schüle n’avait que 18 ans quand il a décidé de se rendre à Madagascar pour faire du travail humanitaire. Il y est resté deux ans avant de choisir le Québec, où il a voulu améliorer ses compétences d’intervenant social. Fort de deux baccalauréats, en psychologie et en psychoéducation, il a ensuite réalisé une maîtrise en psychoéducation et est maintenant étudiant au doctorat dans la même discipline à l’Université de Montréal. Tout en long de ce parcours, il est demeuré actif auprès des jeunes, et c’est ce qui lui a permis de constater le fossé existant entre le travail de terrain et la recherche. Cela l’a amené à concevoir le projet Unisped, un portail Web établissant un lien entre le savoir et les applications. Marc-Olivier a aussi participé à la création de deux entreprises sociales, dont une maison d’édition qui se spécialise dans les outils de transfert des connaissances scientifiques.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Société, communication et éducation


Des étudiants engagés à améliorer la pratique en psychoéducation grâce à une démocratisation de l’accès à l’information

Constatant la présence d’un fossé entre la recherche et la pratique dans le domaine des sciences humaines et sociales, un groupe d’étudiants de l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal a décidé de combler ce fossé en mettant en ligne le site Unipsed.net. Aujourd’hui, grâce à ce portail, les intervenants du domaine et le public en général profitent d’un accès constant à une base de données sûre, qui leur offre de l’information à jour sur les différents troubles psychiatriques, les problématiques sociales, les moyens de les mesurer, les théories actuelles et les meilleures méthodes d’intervention. Outil pédagogique d’une grande richesse, Unipsed.net nécessite l’engagement d’une cinquantaine d’étudiants bénévoles, qui travaillent à enrichir constamment la base de données du portail, comme en témoigne l’ajout récent de sections sur la santé mentale, la toxicomanie et la gériatrie.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Personnalité 1er cycle


Un étudiant engagé dans la valorisation de l’éducation en santé mondiale

Avant même d’amorcer ses études en médecine à l’Université de Montréal, Yassen Tcholakov s’intéressait aux changements climatiques et à ses conséquences sur la santé humaine. Voilà ce qui l’a conduit, au cours des six dernières années, à travailler à la valorisation de l’éducation en santé mondiale, soit en donnant des formations à des étudiants, en participant à la réalisation de cours et en haussant les standards éthiques des stages à l’étranger effectués par des étudiants canadiens. Ces différentes actions, il les a effectuées au sein du Groupe consultatif jeunesse de la Commission canadienne pour l’UNESCO et de la Fédération internationale des associations d’étudiants en médecine. Avec le Major Group of Children and Youth, Yassen a également contribué à faire inclure la santé dans les documents juridiques de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Entraide, paix et justice


Des étudiants engagés à améliorer le quotidien de personnes lourdement handicapées

Créée en mai 2013 par des étudiants dans le but d’aider des personnes lourdement handicapées à améliorer leur qualité de vie au quotidien, la Fondation Le Pont vers l’Autonomie fait souffler un vent d’optimisme sur les personnes atteintes de maladies neuromusculaires au Québec. Offrant du soutien financier pour les soins à domicile et le maintien de la condition physique, en plus d’un service de prêt de bras robotisé sans frais, la Fondation, en une seule année d’existence, est rapidement parvenue à rallier de nombreux partenaires à sa cause et à conquérir le cœur des donateurs, ce qui l’a aidée à concrétiser sa mission.

Grâce à ses activités de financement telles qu’un tournoi de DEK hockey, un souper-spectacle et le Carnaval de Victoriaville, l’organisation a amassé 76 000 $ dès sa première année. La Fondation entame sa deuxième campagne de financement, avec pour objectif de recueillir 150 000 $. Elle souhaite ainsi ralentir la dégradation de la condition physique des personnes atteintes de maladies neuromusculaires, offrir du répit aux familles ainsi qu’une assistance aux personnes qui ont davantage besoin de soutien.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Personnalité 1er cycle


Une étudiante engagée à tirer profit de ses expériences sur le terrain pour mieux préparer les futurs médecins bénévoles

Stage médical en communauté autochtone, stage de médecine d’urgence au Liban, stage en milieu clinique au Pérou et stage culturel au Guatemala : Anne-Sophie Thommeret-Carrière a, à plus d’une occasion, constaté à quel point il existait des disparités entre les ressources disponibles au Québec et dans d’autres collectivités. Loin de se contenter d’une présence sporadique sur place pour tenter de lutter contre ces inégalités, l’étudiante en médecine à l’Université de Montréal a poussé son engagement jusqu’à réformer, avec des collègues, le programme des stages internationaux offert à son université afin de mieux préparer les futurs médecins à intervenir dans un contexte de pérennité. Dans la foulée, elle a aussi mis en place, avec des collègues, le projet INcommunity, qui propose aux étudiants un stage estival d’un mois auprès des populations négligées du Québec.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
AVENIR Personnalité 1er cycle


Get the Flash Player to see this player.

Une étudiante engagée à agir, à provoquer le changement et à inciter les autres à faire de même

Étudiante en médecine à l’Université de Montréal, Claudel Pétrin-Desrosiers a choisi cette profession parce qu’elle englobe l’aspect justice et égalité sociale, les mesures de santé publique et surtout la compréhension et la prévention. Impliquée avec l’International Federation of Medical Students Association (IFMSA), Claudel a été nommée coordonnatrice du Comité de santé mondiale. Après avoir vécu la Révolution du jasmin en 2011 en Tunisie, elle a lancé, au nom d’Amnistie internationale, une campagne sous le thème « Choisir la liberté, c’est écrire l’avenir! ». Violoniste talentueuse, sportive aguerrie, Claudel a aussi participé à des expériences de travail communautaire en Allemagne et en Turquie, en plus de s’impliquer avec Solidarité-Haïti.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
AVENIR Personnalité par excellence


Get the Flash Player to see this player.

Une étudiante engagée convaincue du pouvoir transformateur de la médecine pour aider les plus démunis

Ayant vaincu la leucémie alors qu’elle était enfant, Cynthia Xin-ya Qian a rapidement compris que le pouvoir transformateur de la médecine et la persévérance pouvaient avoir une influence directe sur le quotidien de tous. Étudiant aujourd’hui à la maîtrise en médecine expérimentale à l’Université de Montréal tout en faisant sa résidence en chirurgie ophtalmologique, la femme de 28 ans est déjà réputée pour ses travaux sur la cécité réversible et son engagement auprès des populations les plus défavorisées, d’ici ou d’ailleurs.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
AVENIR Santé


Get the Flash Player to see this player.

Un projet engagé dans l’acceptation d’une image corporelle réaliste et positive chez les adole

À l’heure où la performance et la beauté sont portées au sommet des critères de succès, les adolescents vivent au quotidien une pression énorme qui les pousse à tenter tant bien que mal de répondre aux exigences véhiculées par les médias et la société en général. C’est principalement à partir de cette idée de base que des étudiants en médecine des universités de Montréal et McGill ont développé le projet Fiers et en forme (F&F). S’articulant autour d’ateliers préventifs divisés en trois volets et dont la thématique principale est l’image corporelle, le projet est présenté gratuitement à des groupes d’adolescents de 12 à 17 ans des deux sexes, dans des milieux scolaires et communautaires. Jusqu’à présent, près de 550 jeunes de trois écoles secondaires de Montréal et de trois maisons de jeunes ont été rencontrés au cours de la première année d’existence du projet.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
AVENIR Personnalité 1er cycle


Get the Flash Player to see this player.

Un étudiant engagé à travailler pour un monde plus juste et à inciter les autres à faire de mê

Benjamin Prud’homme croit qu’une dose de réalisme est nécessaire et qu’il faut savoir freiner notre idéalisme si l’on veut changer les choses. Son séjour d’aide humanitaire en Tanzanie, a ainsi fortement influencer l’étudiant en droit de l’Université de Montréal qui a par la suite participé à la fondation du projet Rafiki, un organisme de coopération internationale qui offre des formations afin d’éveiller une sensibilité aux enjeux mondiaux actuels. De plus, son implication dans Collège Frontière, un organisme d’alphabétisation et de francisation, l’amène à intégrer les comités d’Amnistie Internationale et de Pour l’accès à la justice. Passionné par sa profession, il coordonne depuis deux ans le concours de plaidoirie Juripop, une mini-formation en droit qui permet à 25 jeunes d’écoles secondaires de s’initier à la vie citoyenne par la démystification du droit et du judiciaire.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
AVENIR Personnalité 2e et 3e Cycles


Get the Flash Player to see this player.

Une étudiante engagée à faire la promotion de l’engagement citoyen pour bâtir une société r�

Convaincue que la créativité artistique peut fournir la clé d’une société où les citoyens définiraient activement leur présent et leur futur, Carminda Mac Lorin dédie l’entièreté de ses actions à la promotion de l’engagement citoyen sous toutes ses formes. Née au sein d’une famille métissée se vouant au développement international, elle a été, dès son plus jeune âge, sensibilisée aux diverses facettes de l’action sociale. Ouverte aux approches critiques et soucieuse de justice sociale, elle a entre autres coordonné, de 2002 à 2006, la Semaine de la solidarité de l’Université de Montréal. Puis, de 2005 à 2010, elle s’est activement impliquée dans la Semaine d’actions contre le racisme. Ayant aussi créé plusieurs événements alliant les arts multidisciplinaires et la critique sociale, elle a mis sur pied en 2003 Solidarythmé, un événement qui en est aujourd’hui à sa neuvième édition et qui revisite le concept du spectacle-bénéfice.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
AVENIR Arts, lettres et culture


Get the Flash Player to see this player.

Un projet engagé dans la promotion de l’engagement collectif au sein de la société par l’insp

En décidant de réaliser un documentaire sur les recuperadas d’Argentine, des entreprises récupérées par leurs travailleurs à la suite d’une faillite, un groupe d’étudiants de l’Université de Montréal ont voulu ébranler les convictions et conscientiser les gens quant à l’importance de l’implication sociale et politique dans la société. C’est à l’été 2009 que les organisateurs de ce projet, touchés par les valeurs fortes témoignées par ces travailleurs résolus à combattre l’injustice et l’inégalité sociale, ont séjourné plus de deux mois en Argentine afin de réaliser ce documentaire vibrant de réalité. Aujourd’hui engagés dans le rayonnement de ce film, les étudiants espèrent donc faire la démonstration qu’une prise en charge collective est réalisable, que l’action politique a des répercussions concrètes sur la vie en société et qu’il est ainsi possible de faire d’un rêve une réalité.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Entraide, paix et justice


Get the Flash Player to see this player.

Un projet engagé à rendre la justice accessible pour tous

En fondant la Clinique juridique Juripop à Saint-Constant, Marc-Antoine Cloutier et Katherine Pelletier désiraient offrir un service juridique de qualité et gratuit à tous ceux qui, malgré leur faible revenu, n’étaient pas admissibles au programme d’aide juridique du gouvernement du Québec. Comptant déjà quatre employés, sept avocats bénévoles et une quarantaine d’étudiants occupant différentes fonctions, la Clinique a ouvert, depuis sa création en octobre 2009, 120 dossiers et offert en services pour l’équivalent d’un demi-million de dollars. Offrant principalement des conseils et avis juridiques donnés par des avocats, l’équipe de Juripop va plus loin, préparant la procédure judiciaire et offrant même la représentation du client devant le tribunal. De plus, l’organisation offre des séances de préparation pour une audience ne nécessitant pas la représentation par un avocat, comme devant la Régie du logement par exemple.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Société, communication et éducation


Get the Flash Player to see this player.

Un projet engagé à préserver la mémoire des années sombres du Chili

Le projet Regards sur le Chili est la contribution d’un groupe d’étudiants au combat contre la perte d’une mémoire collective qui désirait que jamais les années de dictature du général Augusto Pinochet ne soient oubliées. Pour y parvenir, cinq étudiants de quatre universités de Montréal (Concordia, McGill, de Montréal et UQAM) ont invité les élèves du cours d’histoire du XXe siècle de 5e secondaire de l’École internationale de Montréal à se joindre à eux pour réaliser un court-métrage et une exposition artistique. À l’aide d’entrevues filmées avec des Chiliens établis au Québec, ils désiraient tracer un parallèle entre l’histoire populaire et l’histoire académique du pays. Au printemps 2010, l’exposition prenait forme après six mois de travail intense. Le court-métrage fut diffusé dans un centre d’art d’Outremont. Il pourra aussi vivre à travers Histoire de vie Montréal, l’ONF et sur le site Web de Parole Citoyenne.


Pour plus d'informations >>>


LAURÉAT
Personnalité 1er cycle


Une étudiante engagée à devenir une médecin militante et à s’investir socialement

Activiste positive, Geneviève Bois s’implique pour être un agent de changement. Lors d’un long séjour à la Grenade, elle a mis sur pied la fondation Finding Smiles afin d’unir les étudiants internationaux de l’Université St-George et les groupes vulnérables avoisinants. De retour au Québec, Geneviève s’est impliquée avec l’Institut Nouveau Monde et contribua à l’organisation de l’École d’été de l’INM qui regroupe maintenant plus de 600 jeunes. Puis sa passion pour la politique l’a conduite vers le Parlement jeunesse du Québec. Élue recrue de l’année à sa première participation, elle a siégé comme première ministre à sa dernière. L’étudiante en médecine a aussi organisé des activités sur la santé maternelle et remis sur pied le journal Bulletin de santé mondiale. Préoccupée par les ravages que provoque encore la tuberculose, Geneviève a orchestré la campagne « Pour un second souffle ! », reprise partout en Amérique lors de la journée mondiale de la tuberculose, le 24 mars 2010.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
SOCIÉTÉ, COMMUNICATION ET ÉDUCATION


Des étudiants engagés à prévenir les troubles d’apprentissage rattachés au mauvais développement langagier des enfants réfugiés

C’est un fait, les enfants réfugiés d’âge préscolaire courent plus de risques de développer des problèmes d’apprentissage et d’adaptation sociale rattachés au mauvais développement langagier. Dans le but de prévenir les retards, des étudiants de l’Université de Montréal ont élaboré le programme StimuLER. Plutôt que de concentrer exclusivement ses efforts sur des cours de francisation, StimuLER intervient sur plusieurs fronts : groupes hebdomadaires de stimulation langagière destinés aux enfants, séances d’information pour les parents et soutien auprès des professionnels travaillant avec les enfants réfugiés. Introduit en 2015, le programme, qui compte une quinzaine de bénévoles, intéresse de plus en plus la communauté des audiologistes et orthophonistes. L’intérêt est tel qu’en mai 2016, l’Hôpital de Montréal pour enfants s’en est inspiré pour lancer un service de dépistage.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
SOCIÉTÉ, COMMUNICATION ET ÉDUCATION


Des étudiants engagés à briser l’isolement des personnes adoptées à l’international

Plus de 20 000 Québécois sont issus de l’adoption internationale. Pour plusieurs d’entre eux, l’origine peut soulever des questionnements et créer un sentiment d’isolement. C’est donc pour faciliter la rencontre entre personnes adoptées à l’international que des étudiants de l’Université de Montréal ont eu l’idée de fonder l’organisme L’Hybridé. Offrant un espace de socialisation et d’intervention, tout en faisant des représentations auprès des instances publiques, L’Hybridé permet aux participants de tisser des liens entre eux et ouvre le dialogue sur des sujets tabous liés à l’adoption. Ainsi, des ateliers sur des thématiques tels que l’attachement, le retour aux origines et les retrouvailles avec la famille biologique sont organisés. Composé d’une cinquantaine de membres, l’organisme tient aussi des activités dans les régions de Québec et du Saguenay.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
PERSONNALITÉ 1ER CYCLE


Une étudiante engagée à défendre les intérêts des Premières Nations pour faciliter leur intégration

Jeune Inuk dynamique et impliquée dans sa communauté de La Tuque, Mélanie Napartuk a choisi de retourner aux études pour entreprendre un programme en nutrition à l’Université de Montréal. Pour elle, ce choix s’imposait car, en bout de parcours, sa formation lui permettrait d’entraîner des changements positifs en matière de santé chez les autochtones. Entre-temps, elle poursuit ses engagements en siégeant au conseil d’administration du Centre Walan pour y défendre les intérêts de la jeunesse autochtone. Aussi impliquée dans le projet de mini-école de la santé à Wemotaci, elle incite les jeunes à la persévérance scolaire et cherche à les intéresser au domaine de la santé. Par ses actions, Mélanie espère stimuler des changements bénéfiques dans les habitudes de vie des Premières Nations et prouver qu’il est possible de combiner connaissances modernes et pratiques traditionnelles.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
PERSONNALITÉ 2E ET 3E CYCLES


Une étudiante engagée à améliorer la situation alimentaire équatorienne en favorisant l’agriculture agroécologique

Après une maîtrise en sciences environnementales, Anna Deaconu a choisi de s’installer au Pérou pour soutenir le développement communautaire. Tout en y cofondant le programme Escriba Chica, qui vise à enseigner la création littéraire aux jeunes filles, elle s’est intéressée au rôle capital de l’agriculture durable dans le développement des communautés isolées. Puis, c’est en Équateur qu’elle a mis sur pied des ateliers de sensibilisation sur le sujet, cherchant à informer la population locale au sujet des saines habitudes de consommation. Obtenant pour ses travaux une subvention de 1,3 M$ du Centre de recherches pour le développement international du Canada, elle a ensuite choisi d’amorcer un doctorat en nutrition à l’Université de Montréal. Anna souhaite que ses recherches favorisent le maintien des politiques équatoriennes en faveur de l’agriculture durable.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
PERSONNALITÉ 2E ET 3E CYCLES


Une étudiante engagée à mettre ses compétences au service des personnes adoptées à l’international

Étudiante à la maîtrise à l’Université de Montréal, Manuelle Alix-Surprenant a choisi l’anthropologie de l’adoption et de la parenté comme sujet de prédilection. Elle-même issue de l’adoption internationale, la Québécoise aux origines sud-coréennes sait pertinemment, comme les 20 000 autres Québécois dans sa situation, qu’il est important de partager son parcours de vie et d’y trouver un sens. C’est justement pour offrir un espace de socialisation aux personnes ayant vécu l’adoption internationale qu’elle a cofondé l’organisme L’Hydridé, à la suite de sa rencontre avec sa mère biologique. Siégeant au Secrétariat à l’adoption internationale du gouvernement du Québec, elle a aussi pris part à la réalisation du projet La couleur de l’adoption, un livre qui montre l’apport à l’identité québécoise des personnes adoptées à l’international.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
Santé


Des étudiants engagés à conscientiser les jeunes sur la menace que représente le mélanome

Selon les autorités de santé publique, un Canadien sur 59 développerait un mélanome au cours de sa vie. Qui plus est, cette maladie peut atteindre une population relativement jeune, et le pronostic est malheureusement sombre si elle n’est pas détectée assez tôt. Comme les campagnes de sensibilisation atteignent peu souvent la cible, des étudiants en médecine de l’Université de Montréal ont décidé d’attaquer le problème de front en se rendant à la rencontre d’élèves de la 3e à la 5e secondaire, dans le but de les sensibiliser et de les informer sur le cancer de la peau. Ainsi, à travers le projet TÂCHE de le voir, les futurs médecins offrent une présentation dynamique de 45 minutes qui relève tout ce que les jeunes devraient connaître à propos d’un mélanome. Depuis le début de l’aventure, à l’automne 2014, la quinzaine de bénévoles du projet ont rencontré près d’un millier de jeunes répartis dans six écoles.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
Société communication et éducation


Des étudiants engagés à favoriser la persévérance scolaire des élèves, à travers une approche inclusive

Créé en 2012 par des étudiants de l’Université de Montréal, le défilé de mode annuel Dress to Impress a pour objectif de raffermir le sentiment d’appartenance de jeunes du secondaire, du collégial et de l’université à l’endroit de leur école, dans l’optique de diminuer le décrochage. Pour y parvenir, l’événement ne sélectionne pas les participants en fonction de leurs attributs physiques, mais bien selon leur volonté à s’engager dans le projet et selon certains champs d’études (maquillage, stylisme, etc.). Rassemblant plus de cent jeunes issus de cinq écoles, Dress to Impress veut démontrer qu’il est possible de faire de la mode en mettant en valeur la diversité corporelle. Lors de la dernière édition, Dress to Impress s’est associé à une cause caritative en remettant ses profits à Leucan, un organisme choisi par les jeunes participants.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
Personnalité 2e et 3e cycles


Une étudiante engagée à militer pour les droits des personnes trans

Étudiante à la maîtrise en histoire à l’Université de Montréal, Caroline Trottier-Gascon s’est découvert des talents d’organisatrice lors de son passage au sein de l’association étudiante d’histoire. En parallèle, elle a amorcé une transition de genre, ce qui lui a fait découvrir tout un univers de discrimination. Il n’en fallait pas plus pour qu’elle lance en 2014 le Groupe d’action trans de l’Université de Montréal, dont l’objectif est de soutenir les personnes vivant la même situation qu’elle et de militer pour leurs droits. Se décrivant aujourd’hui comme une activiste trans, l’étudiante de 25 ans a participé à l’organisation des deux premières Marches pour les droits des personnes trans à Montréal, a présenté de nombreuses conférences et a milité pour faire modifier les procédures de changement de mention de sexe, ce qui lui a valu le prix Honoris décerné par le Conseil québécois LGBT.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
Environnement


Des étudiants engagés dans la création d’espaces de vie valorisant l’autosuffisance et renforçant les liens communautaires

Fondé en 2011 par trois étudiants de l’Université de Montréal, l’organisme Jardins sans frontières propose bien plus qu’un concept de mise en place de jardins collectifs écologiques pensés « par et pour » les communautés d’ici et d’ailleurs. En effet, l’entreprise sociale, par son approche basée sur la simplicité volontaire et le renforcement des liens communautaires, nous invite à atténuer notre propension à la surconsommation en faisant passer nos besoins avant nos désirs. Force est d’admettre que cet appel à l’engagement social a été entendu, car jusqu’à présent, quatre jardins collectifs intergénérationnels ont pris forme à Montréal, et un autre au Sénégal. L’entreprise a aussi créé un programme d’ateliers de formation sous le thème « Produire chez soi ». Le modèle de Jardins sans frontières a même inspiré de jeunes Libanais, qui ont reproduit le plan d’affaires de l’organisation dans leur pays.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
Santé


Une étudiante engagée à sensibiliser les jeunes à l’intégration sociale de personnes handicapées

Orthophoniste et étudiante de 2e cycle à l’Université de Montréal, Carole Anglade a souvent été témoin de la stigmatisation sociale dont pouvaient souffrir des personnes conservant un handicap (troubles du langage, paralysie, troubles de l’équilibre, etc.) à la suite d’un accident vasculaire cérébral. Consciente du fait que la différence est souvent source de préjugés, l’étudiante a décidé de mettre sur pied, avec la collaboration entre autres du Théâtre Aphasique, un programme d’ateliers de sensibilisation destiné à éveiller des jeunes du secondaire à la dure réalité de personnes vivant en permanence avec des difficultés post-AVC. Au total, 12 classes de cinq écoles de Montréal, pour un total de 360 élèves, ont été rencontrées. Au programme : mises en situation, improvisation sur le thème de la différence, interaction avec des personnes handicapées et groupes de discussion.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
Personnalité 1er cycle


Une étudiante engagée à devenir un exemple de persévérance et une source de motivation pour les personnes éprouvées par la vie

Emmanuelle Poirier St-Georges n’avait que 15 ans lorsqu’elle a reçu un diagnostic d’ataxie de Friedreich, une maladie neuromusculaire dégénérative. Confinée à un fauteuil roulant deux ans après, elle s’est alors dit que, si elle ne pouvait pas se distinguer physiquement, elle le ferait intellectuellement. Forte d’un baccalauréat en biologie et d’une maîtrise en génétique, la femme de 31 ans est maintenant étudiante en littérature de langue française à l’Université de Montréal et affiche plus que jamais une attitude de battante. Conférencière auprès de jeunes du secondaire, elle vient tout juste de réaliser l’ascension du Machu Picchu afin d’amasser des fonds pour Ataxie Canada, dont elle est l’une des porte-parole. L’an dernier, Emmanuelle a publié son autobiographie, intitulée Une histoire (de taxis) d’ataxie ou La dernière illusion. Un livre qui, elle l’espère, servira de source d’inspiration pour de nombreuses personnes.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
Société, communication et éducation


Des étudiants engagés à améliorer la pratique en psychoéducation

Constatant l’existence récurrente d’un fossé entre la recherche et la pratique dans le domaine des sciences humaines et sociales, un groupe d’étudiants de l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal, mené par Marc-Olivier Schüle, a décidé de remédier à la situation en mettant en ligne le site Unipsed.net. Aujourd’hui, grâce à ce portail, les intervenants de ce domaine profitent d’un accès constant à une base de données sûre, qui leur offre de l’information à jour sur les différents troubles psychiatriques, les problématiques sociales, les moyens de les mesurer, les théories actuelles et les meilleures méthodes d’intervention. Constituant un outil pédagogique d’une grande richesse, Unipsed.net a nécessité l’engagement d’une cinquantaine d’étudiants bénévoles qui se font un devoir d’enrichir la base de données du portail et de tisser des liens avec des partenaires crédibles.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
Santé


Des élèves engagés à augmenter l’adhésion des jeunes à leurs traitements quotidiens à l’aide de jeux vidéo

Pour un enfant de sept ans, devoir consacrer au minimum 20 minutes par jour à des traitements thérapeutiques n’est pas toujours agréable. C’est toutefois une habitude que doivent prendre les 2 000 enfants canadiens atteints de fibrose kystique s’ils veulent améliorer leur qualité de vie. Pour les aider à adhérer à leurs traitements quotidiens, trois étudiants de l’Université de Montréal ont pensé à mettre au point une plateforme Web interactive (fibrosekystique.net) qui propose aux enfants de jouer tout en faisant leurs exercices correctement. Amorcé en janvier 2014 puis mis en ligne quelques mois plus tard seulement, le site fibrosekystique.net compte déjà quatre jeux (stratégie, tir, activité contemplative et casse-tête). Grâce à un appareil respiratoire relié à un ordinateur, l’utilisateur peut progresser dans les jeux, à condition de bien exécuter ses respirations.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
Entraide, paix et justice


Des étudiants engagés à sortir de jeunes Kényans du cercle vicieux de la pauvreté

À Wagusu, au Kenya, le quotidien des jeunes enfants ne ressemble en rien à celui des jeunes d’ici; un grand nombre sont orphelins et n’ont pas accès à l’éducation. Souhaitant les sortir du cercle vicieux de la pauvreté, deux étudiants de l’Université de Montréal, Jade Scott-Giasson et David Paré, ont mis sur pied, en 2011, un programme d’engagement communautaire invitant les étudiants en médecine de leur université à s’impliquer afin, justement, de changer le quotidien de ces enfants. S’articulant autour de trois volets (parrainage, financement de projets et stage humanitaire), le projet obtient des résultats concrets. Jusqu’à ce jour, 50 enfants âgés de deux à sept ans sont parrainés, un poulailler pouvant accueillir 1000 têtes a été construit, un système d’accès à l’eau potable a été installé, la route menant à l’orphelinat a été restaurée et un jardin communautaire a été aménagé.


Pour plus d'informations >>>


FINALISTE
AVENIR Arts, lettres et culture


Get the Flash Player to see this player.

Un projet engagé démontrant le rôle de l’architecture dans nos réponses aux enjeux de société

On parle souvent des mauvaises conditions des infrastructures du Québec ou de l’étalement urbain et de ses répercussions sur l’environnement, mais rarement des solutions intégrées à une vision globale de développement pour le Québec. En organisant le colloque Ouss qu’on s’en va ?, des étudiants en architecture de l’Université de Montréal ont justement voulu stimuler le débat pour ainsi démontrer que l’architecture et ses artisans pouvaient jouer un rôle déterminant dans la mise en place de solutions. Réunissant 175 étudiants et une quinzaine de professionnels, le colloque Ouss qu’on s’en va ? s’est déroulé en mars dernier. S’en est dégagé le constat général qu’il est important de faire rayonner davantage le métier d’architecte. Un défi en voie d’être relevé !


Pour plus d'informations >>>


Partenaire Médias


Valoriser l’engagement étudiant pour favoriser l’émergence de nouvelles initiatives ayant une incidence sur les projets de vie des jeunes et leur entourage
Accueil / Programme universitaire / Finalistes /
Sherweb_logo O2 web logo David Leclerc